Après la fusion des régions : renforcer la coopération intercommunale

Dans le cadre du débat qui doit avoir lieu au parlement, Axe Culture propose une réflexion concernant la fusion des régions Nord Pas de Calais et Picardie. Le document est à télécharger en cliquant ici.
La volonté de réformer les collectivités est louable. C’est un débat indispensable tant notre organisation institutionnelle est source d’inefficacité : multiplicité des acteurs et décideurs publics sur une même thématique, manque de cohérence dans les politiques menées, etc….

La fusion des régions nous semble nécessaire à terme, en particulier pour les aider à atteindre une taille critique de dimension européenne. Ces fusions pourraient être notamment bénéfiques en matière de politique de transport (économies d’échelle, achats groupés…).
Il nous semble enfin que si ces fusions devaient finalement bien avoir lieu, la Picardie et le Nord Pas de Calais devraient être réunies. Néanmoins, si les synergies ne paraissent pas toujours évidentes, elles font face à des problématiques communes telles que l’emploi. Par ailleurs, ces deux régions pargatent des problématiques communes (friches, déclin industriel, etc.) et il est évident qu’elles ont beaucoup à échanger en expériences. Enfin, ces deux régions partagent une proximité culturelle évidente.
Cependant, avant la fusion de ces régions, il nous semble important, en particulier dans le cas du Nord Pas de Calais, d’engager deux autres chantiers.
D’abord, la fusion des 3 entités suivantes : les départements du Nord et du Pas de Calais avec la région Nord Pas de Calais, permettant de rendre plus cohérentes les politiques menées sur ces territoires de facto intégrés (éducation, culture, transport, économie, etc.), de réduire le mille-feuille administratif et de créer une Institution forte, capable de mener de gros projets d’investissements ;
Ensuite, le rapprochement des intercommunalités, et en particulier celle de Lille et du Bassin Minier, mais aussi des villes portuaires, a minima en réalisant un SCoT commun. Ce rapprochement devrait permettre de mener des réflexions sérieuses et cohérentes en matière d’aménagement du territoire, de transport et de développement économique.

2 pensées sur “Après la fusion des régions : renforcer la coopération intercommunale

  • 1 juin 2016 à 0 h 04 min
    Permalink

    a prefecture a Toulouse et la region a Montpellier, alors que ces deux entites sont liees,  et sa conviction que les directions des services de l Etat et de la region doivent etre au meme endroit .

    Répondre
  • 1 juin 2016 à 8 h 11 min
    Permalink

    En ce domaine, il est prevu de conserver une organisation differente de celle des prefectures de region, puisque  les 26 academies metropolitaines actuelles sont maintenues dans leurs limites geographiques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *