Utilité publique contre propriété privée rue du Faubourg de Roubaix à Lille

Depuis des années maintenant, l’entrée de la rue du Faubourg de Roubaix offre une image désastreuse : maisons murées alternent avec un terrain vague depuis début 2016 et quelques maisons encore habitées. Il s’agit du projet intitulé « Ilôt Pépinière » mené par la SPL Euralille.

La faute à qui ?

– aux habitants qui refusent de céder leur logement au profit d’un projet urbain qui permettra la création de 250 logements dans un secteur stratégique, à proximité de la gare et du métro ?

– aux pouvoirs publics qui ont imposé un projet à des habitants qui refusent de partir ?

On est ici face au choc entre la préservation de la propriété privée, légale et légitime, et l’intérêt général, qui doit être le fondement de toute politique publique, décrété par les élus.

C’est l’intérêt général déclaré d’un projet urbain, qui permet de lancer une Déclaration d’Utilité Publique (DUP), procédure juridique qui offre la possibilité, si nécessaire, de lancer des expropriations, c’est à dire l’achat forcé d’un bien immobilier à son propriétaire.

Cette procédure d’expropriation apparaît aujourd’hui critiquable et ceci pour plusieurs raisons.

1/ Elle est, et elle a toujours été, moralement contestable : peut-on vraiment déposséder un habitant de son bien immobilier contre son gré, quand bien même le projet est stratégique ? Si le droit le permet aujourd’hui, tout le monde s’accordera à dire qu’il ne souhaiterait pas que sa maison lui soit confisquée ;

2/ Les habitants disposent aujourd’hui d’un arsenal à leur disposition pour contester les DUP : avocats, expériences trouvées sur internet, soutiens d’associations politisées, de collectifs d’habitants, etc. Nous ne sommes plus face à l’habitant d’il y a encore 20 ans: isolé, perdu et démuni face à la collectivité ;

3/ Parce qu’il y a des habitants récalcitrants, les projets sont retardés et les maisons expropriées côtoient celles qui ne le sont pas, offrant un paysage urbain désastreux et mettant en sommeil un patrimoine foncier et immobilier pour des durées parfois très longues.

De toute évidence, le temps où les élus accompagnés de leurs urbanistes imposent leurs projets urbains aux habitants est révolu. Il devient nécessaire de négocier en amont avec les habitants pour qu’ils deviennent de véritables partenaires des projets urbains, plutôt que des opposants, quitte à changer les plans initialement envisagés !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *