Juste une petite mise au point…

Suite aux récentes publications et déclarations d’Axe Culture, et en particulier sa participation à la démarche LilleC, beaucoup de critiques nous sont parvenues et il fallait apporter quelques réponses.

Pour commencer, un rappel

Depuis des années déjà, avec quelques uns, Axe Culture a publié de nombreux documents, des cartes, des chiffres, des avis sur les politiques publiques, ceci avec pour unique objectif d’alimenter le débat, de l’éclairer, de manière argumentée.

C’est un travail énorme qui a été fourni et qui se poursuit. 

Ce qu’il faut comprendre, c’est que nous sommes des militants de notre territoire.

Nous militons pour plus de transports en commun, pour des espaces publics de plus grande qualité, pour une autre manière de gouverner cette métropole lilloise dans laquelle il manque une véritable stratégie commune, pour un développement durable du territoire, pour la valorisation de notre diversité culturelle, etc. Notre site internet explique tout cela.

Promenez-vous le long de la Deûle, entre Lille, La Madeleine, Wambrechies ou Saint-André, il n’y a pas une ville qui aménage ses berges de la même manière. Promenez-vous sur le Grand Boulevard qui relie Lille à Roubaix et Tourcoing, il est encore défiguré par d’immondes mini-tunnels, quand la plupart des villes européennes les ont transformés et mis en valeur. Sur ce Boulevard, il n’y a pas une ville qui traite de la même manière : ses arbres, son stationnement, ses haies, son éclairage public et les règles en matière de Plan Local d’Urbanisme ne sont pas homogènes.

On aimerait aussi que les projets ne soient plus décidés dans des bureaux d’élus en catimini, mais au grand jour de manière argumentée. C’est quand même incroyable d’apprendre dans la presse que le nouveau Palais de Justice, la nouvelle piscine olympique ou le futur siège de la Métropole Européenne de Lille seront tous construits sur des espaces verts, sur des sites déjà saturés, alors que d’autres quartiers ou villes (Roubaix par exemple) en auraient besoin. Cette concentration des institutions et équipements sur Lille est presque suicidaire pour la métropole lilloise. Nous avons aussi été très surpris d’apprendre que le seul projet de Tram de la Métropole est un tronçon reliant Lille à l’Aéroport de Lesquin, ceci sans étude de trafic préalable.

Si nous menons tous ces travaux, c’est bien parce que nous voulons, comme beaucoup de lillois, que la métropole grandisse, qu’on arrête de traiter les sujets stratégiques de manière politique.

Il y a quelque temps nous avions demandé à Stéphane Baly, conseiller municipal à Lille et écologiste, de Préfacer notre livre sur l’avenue du Peuple Belge. C’était logique étant donné l’intérêt qu’il avait porté à notre démarche et la proximité de nos approches. Certains se sont plaints, nous ont sévèrement critiqués,  en nous disant que nous étions « trop écolos ». Lamentable.

Aujourd’hui, nous avons la possibilité de mener une réflexion avec Christophe Itier à travers sa démarche Lille C, qui est une démarche positive de réflexion et d’écoute. Et d’autres encore nous critiquent, parce que nous sommes trop ‘En Marche »…

Je ne vois pourtant aucun problème de parler avec le monde politique, dans toute sa diversité et je vais vous expliquer pourquoi.

Premièrement, pour espérer que les choses évoluent, il est nécessaire d’échanger avec les élus et ceux qui se présentent à des élections. Il est nécessaire de participer au débat politique, au risque de voir nos idées rester de simples idées.

Deuxièmement, nous parlons avec qui nous voulons. Nous sommes libres. Evitons le sectarisme, et concentrons nous sur l’essentiel, à savoir le projet.

Troisièmement, s’il y a des démarches initiées par d’autres, qui sont positives, parce qu’elles permettent d’écouter les habitants, de débattre, de progresser, et qu’en plus on nous y invite. Nous irons, nous participerons et nous feront même la promotion de ces démarches.

Quatrièmement, au-delà du travail, avec tel ou tel, je vous garantis que les idées ne se négocient pas. J’en ai déjà parlé : changer la gouvernance de la métropole lilloise, ça ne se négocie pas ; rénover le Grand Boulevard, ça ne se négocie pas ; changer la manière de construire les politiques publiques, ça ne se négocie pas.

Franchement, est-ce que vous croyez que nous avons produit des dizaines de documents, passé des heures et des heures à les produire, à débattre, à organiser des rencontres, pour à la fin laisser tomber tout cela et défendre un projet quelconque qui ne changerait pas le fond du problème ? Non ! Si nous échangeons avec certains, c’est parce que nous pensons qu’ils en valent la peine.

On ne peut pas se contenter de faire émerger des idées sans les défendre !

Alors, quelles que soient vos idées, du moment qu’elles soient argumentées et respectueuses de tous, défendez-les : pour lutter contre le réchauffement climatique, pour une nouvelle gouvernance métropolitaine, pour une nouvelle économie, pour une société plus juste et plus respectueuse des différences, etc.

L’échange fait grandir. Le débat fait grandir.

Thomas Werquin

Président Axe Culture