La couverture médiatique des grandes villes françaises entre 2015 et 2020

Il y a 15 ans, Axe Culture publiait une première étude concernant la couverture médiatique de Lille comparée à celle de Lyon, Marseille, Bordeaux et Toulouse. Ce travail avait montré que Lyon était la ville la plus médiatisée de France hors Paris, juste devant Marseille, mais loin devant Lille, y compris l’année où elle fût Capitale européenne de la culture.
Suite à cette publication, Bruno Bonduelle, alors Président de la CCI Grand Lille, avait souhaité approfondir le travail mené. Il voulait savoir dans quelle mesure l’éparpillement de la métropole lilloise entre une centaine de communes contribuait à diluer la voix métropolitaine, et ainsi expliquer cette sous-médiatisation.
Il avait raison ! Le Musée d’Art et d’Industrie à Roubaix, l’Hippodrome à Marcq-en-Barœul, les sièges de Décathlon, Leroy Merlin ou Auchan à Villeneuve d’Ascq ou Hem, le Louvre, seule nom localisé sur le Grand Lille à la notoriété mondiale, est à Lens. Le rayonnement national et parfois international de ces noms ne contribuent pas à faire rayonner celui de Lille, mais des dizaines de communes. Le message est bien dilué.

Les résultats de l’enquête avaient été présentés par Thomas Werquin, fondateur de Axe Culture et Bruno Bonduelle au comité Grand Lille fin 2006. Plus tard, Bruno Bonduelle confiera que cette étude lui avait attiré beaucoup de problèmes.
Les bons diagnostics font les bonnes politiques, mais les bons diagnostics ne font pas toujours plaisir à entendre.
En 2015, Axe Culture publiait les résultats de l’actualisation de l’étude. À nouveau, le travail avait été présenté au Comité Grand Lille, cette fois devant une assemblée blasée, habituée devant les chiffres faisant part du déclassement de Lille face aux deux grands : Marseille et Lyon, voire Bordeaux et Toulouse.
En 2021, il était temps d’actualiser ce travail.

La couverture médiatique d’une ville ne peut être considérée comme le reflet parfait de son image.
Néanmoins, elle en constitue une illustration parmi d’autres. Il est nécessaire de compléter cette étude par d’autres enquêtes qui viendraient appuyer ces conclusions ou au contraire les contredire.
Les chiffres permettent de regarder la réalité en face. Aussi difficiles soient-ils, ils nous permettent de mieux comprendre la réalité de l’image et de la notoriété pour y apporter une réponse.
En la matière, quatre conclusions doivent être tirées de ce travail.
1/ La place de Lyon, en tant que ville française la plus médiatisée, est incontestable. Cette couverture est aussi diversifiée et souvent de qualité (culture, économie, innovation, etc.).
2/ Marseille dispose d’une couverture médiatique importante. Néanmoins, elle ne peut rester sans réponse face aux conséquences catastrophiques des problèmes de criminalité pour son image et son attractivité.
3/ Lille, qui se targue d’être la ville de la culture et du numérique, doit tirer les conclusions concernant sa sous-couverture médiatique dans ces domaines et dans tous les domaines. La troisième agglomération française hors Paris est moins médiatisée que Bordeaux et Toulouse.
4/ La place de Toulouse est décevante au regard de sa dynamique économique et démographique. Elle constitue néanmoins une ville en devenir à l’image de Bordeaux.

Il est disponible dans son intégralité ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *